DSCF0216

Chers amis bonjour, 

J'inaugure ici un ensemble de messages sur le chamanisme toltèque, enseigné en France par Claude Paul Degryse.

Comme vous le savez peut-être, je débutais ma compréhension de la Vie en 1985, par la lecture d'un merveilleux livre de poésie : les fêtes cosmiques de Mario Mercier. Dans la foulée, je faisais un stage d'une semaine avec lui dans la Drôme, stage au cours duquel Mario m'amenait à percevoir la magie de notre "énergie". J'en gardais un souvenir émerveillé, et un rêve extraordinaire qui, associé par la suite à la vénération de ses autres beaux ouvrages, me permettait de "tenir" face à la férocité de notre monde prédateur ; mais bon, venait le moment où j'avais envie d'autre chose qu'un peu de magie trop discrète et inefficace. C'est alors que dans les années 90, je lisais Carlos Castaneda. Là, tout était concret ; mais comme il écrivait en direct, sans recul, chaque fois qu'il se perdait, je me perdais aussi ; et du coup, à la fin du livre, j'avais l'impression que s'il y avait là un savoir enviable, il y avait aussi beaucoup de travail à prévoir pour décortiquer ses onze livres ; sans savoir si au bout du compte, j'aurais la possibilité de m'évader de ce monde, lequel commençait à m'indisposer assez pour avoir envie de le le quitter debout, avec toute ma conscience, mes mémoires et mes projets ; pas comme la presque totalité des morts-vivants de la planète, qui eux partent inanimés, inconscients, les pieds devant et privés de toute capacité de compréhension et d'initiative, ce qui les met à la merci d'autres prédateurs. Pour moi, c'était "non merci, j'ai autre chose à faire".

En décembre 2010, je sollicitais Laurent Huguelit de la FFSS, (Foundation For Shamanic Studies), mais son stage me permettait juste de connaître mon animal totem et de participer à un rêve collectif, pas plus.

En mars 2014, j'allais à Trimurti, où je découvrais la puissance du tambour et la joie qu'il procure ; mais il ne comblait ni n'expliquait une contestation sourde et violente qui montait en moi. Par la suite, suivant cette énergie très incisive, j'écrivais plusieurs artcles féroces sur ma compréhension de la vie, tel : ce monde ne vaut pas une vie, ou encore dégoûté et d'autres du même genre.

Or, en septembre 2013, j'avais rencontré Claude Paul Degryse au salon Santé Nature de l'Union, à côté de Toulouse. Je lui avais laissé mes coordonnées, si bien que je recevais ses propositions de stages par mail ... et un jour, une énergie nouvelle et irrépressible montait en moi, il me fallait ce stage. Je m'y inscrivais donc. 

Au cours de ces cinq jours, cela se passait en forêt, au gîte "les planettes", 81140 Puycelsi, je me rendais compte qu'en associant le travail précis de Claude Paul Degryse à mon énergie féroce et incisive bien fixée sur le but de « don Juan », à savoir s'extraire du piège que constitue le fait de naître sur la planète Terre, je peux parvenir enfin à la liberté définitive, sans perdre aucun de mes repères. Lui, il a décortiqué Castaneda pour nous. Il est intéressant d'en profiter, sans perdre de vue que Carlos Castaneda est très contesté, et sûrement contestable ; mais que l'idée est bonne, et qu'il faut être très créatif, pour parvenir à cette liberté tant désirée.

Désormais, je note toutes mes réflexions sur mon projet d'évasion en pleine possession de mes moyens, de cette planète prison, et je vous en fais part dans d'autres messages. En attendant, voici les photos du stage